Mutuelle d’Argenson
Vous souhaitez nous contacter
01 53 62 22 00
contact@mutuelleargenson.fr

Mutuelle pour vous et votre famille

Une solution pour
toute la famille

Une solution simple pour toute la famille
Nous proposons des formules pour tous avec une protection mutualiste de haut niveau.
En savoir plus


Mutuelle pour les professionnels

Une solution pour les professionnels

Une solution simple pour les Petites Entreprises, Auto-entrepreneurs et les artisans.

En savoir plus

J’adhére

Adhérez en
quelques clics

Mon profil
Mes besoins
Ma prévoyance
Mon offre
J’adhère
Récapitulatif
En savoir plus




Le mot du président

 

 

Le «village gaulois» ARGENSON et SMFEP résiste encore et toujours à l’envahisseur «énarquo-assurantiel»

L’année dernière à la même époque, nous rappelions que la Mutuelle d’Argenson et SMFEP est une mutuelle regroupant des sociétaires qui se sont librement associés pour garantir solidairement leurs protections complémentaires et non une société d’assurances à but lucratif. Ce rappel est hélas toujours aussi nécessaire face à un gouvernement et un Parlement qui, non seulement, persistent à ne pas considérer la «Santé»comme un produit de première nécessité (certains envisagent même de taxer les complémentaires santé à hauteur du taux moyen de TVA); mais, de plus, s’entêtent à vouloir puiser dans le produit des cotisations mutualistes pour compenser les déremboursements et «reste-à-charge» de plus en plus nombreux chaque année décidés par le Régime Obligatoire de l’Assurance Maladie.

Autrement dit, vos cotisations vont surtout servir à la diminution du déficit du R.O.; au financement des accords passés entre la CNAM et les organisations de professionnels de la santé; et même - pour compléter ce racket (il n’y a pas d’autre mot) à renflouer les caisses de l’Etat.

C’est une stratégie désormais permanente dans le «nouveau monde» de la majorité actuelle: déshabiller Pierre pour faire semblant de rhabiller Paul On finance la baisse des cotisations sociales des salariés en augmentant le taux de CSG pour tous et donc en puisant dans la poche des retraités, des demandeurs d’emploi ou des non-salariés … et on puise dans les cotisations des sociétaires mutualistes pour financer le «reste-à-charge zéro». Cela ressemble fort à la pratique de certains pays qui envoient à la famille d’un condamné à mort la facture de son exécution. Autrement dit, c’est une nouvelle illustration de la pensée unique qui fait de la complémentaire santé une simple variable d’ajustement budgétaire des politiques de santé.

Dans le même temps, les contrats mutualistes restent taxés comme des produits de luxe, bien au-delà des 5,5% des produits dits de première nécessité … Donc, pour le Pouvoir qui persiste à ne pas vouloir taxer les grandes fortunes, les protections sociales et les complémentaires santé ne sont pas de «première nécessité» … vouloir accéder à des soins de qualité correctement remboursés est considéré comme un «luxe», réservé à «ceux qui en ont les moyens». Les autres, les «sans-dents», les demandeurs d’emploi qui auraient, parait-il, «perdu le goût de l’effort», tous ceux-là n’ont qu’à supporter en silence leurs pathologies!

Vous pourrez cette année encore vérifier notre résistance et notre volonté de ne pas voir disparaître les mutuelles de proximité à taille humaine pour le seul profit de quelques gros opérateurs …

- par l’ouverture de la Mutuelle d’Argenson aux mutuelles d’administrés:plus de 4 millions de Français renoncent chaque année à des soins du fait conjugué de la diminution de leurs ressources (perte d’emploi, diminution du pouvoir d’achat des pensions, contrats précaires, etc.) et de l’augmentation constante des honoraires médicaux et des reste-à-charge. De ce fait, l’état de santé des patients (souvent les plus démunis) tend à se détériorer, jusqu’à conduire à des hospitalisations et des actes médicaux «lourds» qui auraient pu être évités si le mal avait été traité «à la racine». Par exemple, le renoncement de plus en plus fréquent à des soins dentaires souvent mal remboursés provoque souvent des pathologies graves du système digestif … dont la prise en charge par les régimes obligatoire et complémentaires d’assurance-maladie coûte finalement beaucoup plus cher. Cette situation concerne essentiellement des personnes à revenus modestes, juste au-dessus des plafonds d’attribution des aides sociales. Les mutuelles d’administrés dites «mutuelles communales» ont pour but d’aider les municipalités participantes à proposer à ces personnes une politique sociale innovante qui ne pèse aucunement sur les budgets municipaux.

- par l’amélioration encore cette année des prestations offertes dans nos différentes formules, notamment en matière d’ostéopathie, d’optique, de consultations diététiciennes, etc.

- par une meilleure diversification des offres de prestations pour des dépenses résultant de problèmes médicaux (dits «non-vie»): assistance à domicile après hospitalisation, télésurveillance des personnes seules fragiles, assistance juridique en cas de conflit avec un professionnel de santé … MAIS AUSSI fourniture gratuite à tout adhérent de fiches de prévention des risques «santé» … et, parce qu’il faut aussi tout prévoir, proposition de contrats permettant à chacun de décider des modalités de ses obsèques sans que ces contraintes ne viennent s’ajouter au chagrin de vos proches.

 


       

Thierry PONTILLON

Président de la Mutuelle d’Argenson


 

 

En application du Règlement Général de Protection des Données en vigueur depuis le 25 mai 2018, j’autorise la Mutuelle d’Argenson à utiliser les données personnelles me concernant pour la gestion et l’exécution des contrats santé et prévoyance que j’ai souscrits.

J’ai bien noté que je peux à tout moment retirer ou modifier ce consentement en écrivant à l’adresse suivante:

Délégué à la Protection des Données, Mutuelle Argenson, 7/9 villa Lourcine, 75014 PARIS.